Difference

Les clés d’une intégration réussie

22/01/2020

Méconnaissance de la culture d’entreprise, perte de repères, nouvelle équipe… Pour une intégration réussie, mieux vaut être bien accompagné ! Acteur de référence dans le coaching, l’outplacement et l’accompagnement individuel, Monceau Carrières vous donne les clés pour réussir vos premiers pas en entreprise. Le point avec Laurent Zylberstein, Directeur Associé.

Tout se joue les 100 premiers jours ! L’expression peut prêter à sourire et pourtant, sur le terrain du management, elle s’avère des plus pertinentes. Oui, les 3 premiers mois sont déterminants, d’où l’importance d’être bien accompagné lors de sa prise de fonction. Mais pourquoi 100 jours ? L’expression nous vient tout droit… de ce cher Napoléon qui en 1815, revient au pouvoir, déclare à nouveau la guerre… pour finalement subir la cuisante défaite de Waterloo ! Depuis, les 100 jours sont considérés comme une période charnière, durant laquelle le nouvel entrant doit faire ses preuves. Sans précipitation.

« La prise de fonction dans une nouvelle entreprise reste un moment critique, souligne Laurent Zylberstein Directeur Associé chez Monceau Carrières. Il y a une vraie perte de repères et d’habitudes ! Le nouveau collaborateur doit s’approprier les codes et réapprendre toute une culture… » Pas si simple ! Selon diverses études, un manager sur 3 échouerait dans sa nouvelle prise de fonction lors de cette période d’essai, malgré son expertise et ses compétences. Alors comment tirer parti de ces 3 premiers mois et faire de son intégration un succès ? Comment éviter les écueils ?

1/ Une bonne préparation en amont

Selon l’expression consacrée « On n’a qu’une seule fois l’occasion de faire une bonne première impression ! » Pour soigner son entrée, mieux vaut donc avancer de façon méthodique et pragmatique. « Dans un premier temps, nous conseillons toujours aux candidats de bien clarifier les enjeux qui les ont amenés à cette prise de fonction. En général, les entretiens de recrutement offrent un premier décryptage des valeurs portées par l’entreprise et de sa philosophie, détaille Laurent Zylberstein. Monceau Carrières accorde également une grande importance à la stratégie de remerciements, qui participe à la bonne intégration d’un collaborateur. Savoir remercier de façon efficace toutes les personnes que l’on a sollicitées pendant sa période de recherche s’avère souvent payant. »

2/ Pas de précipitation !

Très souvent, quand on prend une nouvelle fonction, nous sommes tentés de passer à l’action rapidement, pour faire nos preuves. Mais à trop vouloir se précipiter dans cette nouvelle prise de fonction, on en oublie l’essentiel : observer avant d’agir. « Il faut réellement prendre le pouls de l’entreprise, sans foncer tête baissée, convient Laurent Zylberstein. Mieux vaut profiter des premiers jours pour bien comprendre les rouages de l’entreprise, approfondir la culture organisationnelle et poser toutes les questions concernant les objectifs attendus par sa hiérarchie. A l’issue de cette première étape d’observation, vous devriez alors être en mesure d’esquisser plus facilement un plan d’actions à court terme. » A ce stade, ce plan d’action ne pose en aucun cas les bases de votre stratégie. Il vise les petites victoires faciles, les « quick wins » qui permettent de se mettre en confiance. La « vraie » stratégie viendra plus tard.

3/ Une logique de stratégie d’alliance

Reste à se faire accepter et ce n’est pas une mince affaire lorsque l’organisation est déjà bien huilée, ou a contrario, lorsque l’équipe est désorganisée. « Mon conseil ? Repérer les personnes « clé », identifier les collaborateurs ressource, dans un esprit de stratégie d’alliance, intervient Laurent Zylberstein. Qui prend la décision finale ? Qui conseille ? L’objectif étant d’accroître son réseau de contacts et d’influence au sein de l’entreprise. »

En somme, le coaching d’intégration proposé par Monceau Carrières offre la possibilité d’être rapidement performant dans sa prise de fonction. « En général, nous faisons le point toutes les 3 semaines jusqu’à la fin de la période d’essai. Selon la complexité de l’environnement, des fonctions ou des équipes à gérer (à l’international notamment), nous pouvons prolonger cet accompagnement, jusqu’à une parfaite appropriation des nouveaux codes. »
Les mêmes règles « de préparation, d’observation et d’alliance » s’appliquent lors d’un changement de poste au sein même de son entreprise. « Certes, la culture reste la même, mais le regard porté sur soi change, et il nous faut adopter une nouvelle posture. A fortiori lorsque l’on est amené à manager nos collègues d’hier ! » Dans tous les cas, le dialogue avec les équipes et la hiérarchie reste la clé d’une intégration réussie. L’écoute attentive et le partage feront le reste !